Share

Obésité des enfants : ça ne se voit pas forcément !



L’obésité des enfants est en train d’exploser en France. En la matière, il n’y a pas d’exception hexagonale : nous suivons les traces des Etats-Unis. Mais les 2/3 des enfants resteront obèses à l’âge adulte. Pourtant, des outils existent aujourd’hui pour dépister ce mal avant même qu’il n’apparaisse. Et les gestes de prévention, axés sur l’équilibre alimentaire et l’activité physique, ne sont pas si difficiles à adopter.

Si l’on parle souvent de l’obésité de l’adulte, les enfants sont également les premières victimes de ce fléau.

Une réalité

Aujourd’hui la situation en matière d’obésité infantile est très préoccupante : 15 % des enfants souffrent d’une obésité modérée (degré 1) et pratiquement 4 % d’une obésité forte (degré 2). La situation a évolué très vite : l’obésité en général ne touchait que 3 % des enfants dans les années 1960. Aujourd’hui, nous avons un taux de croissance du surpoids comparable aux Américains. L’obésité peut ainsi apparaître dès 2 ans, même si on la retrouve surtout entre 7 et 12 ans.

Il faut souligner que 2/3 des enfants obèses le resteront à l’age adulte. Et cela signifie un risque de problèmes cardiovasculaires multiplié par trois, des troubles articulaires… sans parler bien sûr de la stigmatisation et des problèmes sociaux.

Votre enfant est-il trop gros ?

Pas facile de savoir si son enfant à un problème de poids, s’il est juste un peu potelé ou s’il souffre d’obésité. L’outil couramment utilisé chez l’adulte est l’indice de masse corporelle : le poids sur la taille au carré. Mais chez l’enfant, on ne peut pas utiliser les mêmes seuils en fonction de l’âge. La corpulence de l’enfant varie continuellement.

Gare au rebond

L’important est de tenir à jour régulièrement la courbe de corpulence. Cela permet notamment de voir un élément appelé le rebond d’adiposité : après un an, et jusqu'à 6 ans, l’enfant grandit plus vite qu’il ne grossit. Aussi la courbe baisse. Puis, autour de six ans, poids et taille vont se mettre à croître dans des proportions similaires, et l’indice de masse corporelle va se remettre à croître jusqu’au chiffre adulte (c’est le rebond). Lorsqu’un enfant souffre d’obésité précoce, on voit très bien sur la courbe le moment où tout a commencé : il y a une cassure, un rebond d’adiposité précoce : au lieu de se remettre à croître vers 6 ans, la corpulence croit à partir de trois ans (parfois dès un an). On peut alors détecter une évolution problématique, et prendre des mesures avant que l’enfant sorte des courbes. Cela permet notamment de ne pas mettre au régime un enfant, mais simplement de maintenir son poids, en le laissant grandir pour le ramener sur le bon tracé.

Les conseils indispensables

Pour éviter les risques de surpoids, voici des conseils incontournables :

  • Adaptez les quantités à l’âge : un enfant n’a pas l’estomac d’un adulte !
  • Augmentez les quantités de fruits et légumes consommés  ;
  • Augmentez la consommation d’eau, et réduisez en conséquence les sodas ;
  • Si besoin, réduisez les quantités de viande, de fromage, de charcuterie, de matières grasses ajoutées.
  • Réduisez la consommation de produits gras, sucrés ou salés (attention aux graisses cachées, dans les viennoiseries ou biscuits par exemple) ;
  • Privilégiez les sucres lents (féculents) aux repas, pour éviter les fringales.

N’oubliez pas de favoriser l’activité physique, non seulement en inscrivant l’enfant à une activité extrascolaire, mais aussi lors des loisirs en famille, en proposant des jeux de plein air notamment.

Enfin, inutile de critiquer la corpulence de l’enfant, lui dire continuellement qu’il est trop maigre ou trop gros. Ses camarades de classe doivent déjà s’en charger. Et surtout, il faut renforcer l’estime qu’il a de lui-même, pour lui éviter de tomber dans des troubles du comportement alimentaire.

Alain Sousa